L'arrivée des hommes en Europe

Publié le 24 Février 2019

Dans le chapitre précédent, nous avons observé l'époque où l'Homme est parti d'Afrique pour migrer vers les continents asiatique et européen. Nous allons maintenant nous intéresser à l'arrivée des premiers Hommes en Europe.

Tout commença il y a environ 1,8 Ma (millions d'années). Les chercheurs ont réussi à classer chronologiquement cette arrivée en Europe en étudiant plusieurs restes de différentes espèces humaines.

1 - / Les premières migrations humaines

 

     A) L'arrivée des Hommes en Europe

 

Homo georgicus
Crâne d'Homo georgicus adulte

Tout d'abord, un squelette d'Homo georgicus a été mis au jour à Dmanisi, en Géorgie. En étudiant attentivement ce spécimen, notamment les restes de nourriture dans ses dents, les experts se sont aperçus qu'Homo georgicus se nourrissait de la même manière que les espèces africaines, c'est-à-dire une alimentation à base de fruits. Mais des os de mammifères retrouvés à côté du squelette laissent penser que cette espèce se nourrissait également de viande.

 

 

 

     B) L'installation des Hommes en Europe

 

homme de neandertal
Crâne de l'Homme de Neandertal

  - 400 000 ans plus tard, il y a 1,4 Ma, une autre espèce s'est déplacée d'Afrique pour rejoindre le sud de l'Europe. A partir de cette époque, deux espèces peuplent le continent européen. D'ailleurs, l'Homme de Néandertal sera le descendant direct de l'une de ces espèces, 1 Ma plus tard.

 

 

 

 

 

homo antecessor atapuerca
Crâne d'un Homo antecessor (enfant de 11 ans)

 - Un autre descendant de ces espèces est Homo antecessor. En effet, un squelette de cette espèce datant de -800 000 ans a été découvert à Atapuerca en Espagne.

 

 

 

 

 

 

 

 

homo heidelbergensis
Crâne d'Homo heidelbergensis

  - Des restes de plusieurs Homo heidelbergensis ont également été retrouvés. Cette espèce a peuplé la quasi totalité de l'Europe, puisque des squelettes ont été découverts de la Grèce à la Grande-Bretagne. Ces fossiles représentent sans doute une étape importante dans l'évolution de l'espèce humaine, principalement de l'Homo antecessor (archaïque) à l'Homme de Néandertal (plus moderne).

 

 

  - En Italie, une calotte crânienne datant de -400 000 ans a été découverte dans le sud du Latium. N'ayant pas d'autres parties du corps à analyser, les chercheurs ne sont pas certains du classement de ce spécimen. De récentes études, plus précises que les précédentes, portent à croire que l'Homme de Ceprano est en réalité un morphotype ancestral d'Homo heidelbergensis. Sur ce crâne, nous pouvons observer des traits archaïques comme ceux d'Homo erectus.

homme de ceprano crane
Calotte crânienne de l'Homme de Ceprano

  - Il est fortement possible que d'autres espèces se soient installées en Europe mais comme elle étaient moins résistantes au climat, elles n'ont vécu qu'au cours des Pléistocène inférieur et moyen. En effet, durant cette ère, le climat était très doux. Ces Hommes ont migré en Europe lorsque le climat était plus propice au développement des populations. Dès lors qu'il a été plus rude, ces espèces se sont rapidement éteintes.

 

 

Ces Hommes étaient très archaïques. Vivant dans des régions avec une végétation dense, ils se nourrissaient principalement de petits mammifères. Ils étaient comparables à de vrais charognards. Il n'est pas exclu qu'Homo antecessor ait pratiqué le cannibalisme lorsque le gibier se faisait trop rare.

Ces espèces se sont probablement rendues jusqu'en Espagne il y a 1,2 Ma car des os d'animaux découpés ainsi que des silex (pierres taillées) ont été mis au jour dans la région de Burgos. Des outils rudimentaires semblables ont été retrouvés à Dmanisi (Géorgie), mais également en Allemagne sur le site d'Untermassfeld. Ils datent d'environ 1 Ma.
 

Région de Burgos et sites de Dmanisi et Untermassfeld
Région de Burgos et sites de Dmanisi et Untermassfeld
Région de Burgos et sites de Dmanisi et Untermassfeld

Région de Burgos et sites de Dmanisi et Untermassfeld

 

2 - / L'évolution de l'Homme en Europe

 

Homo heidelbergensis s'est développé plus rapidement à partir de -800 000 ans car, sachant chasser le bison, il mangeait plus de gibier, ce qui a été favorable à sa survie.

Puis, au fil du temps, Homo heidelbergensis a perfectionné ses outils. Par exemple, il commença à utiliser des silex de plus en plus taillés. Grâce à toutes les innovations qu'il a réussies à mettre en place, il a amélioré ses chances de survie, contrairement à d'autres espèces qui n'ont donc pas survécu très longtemps.

Les chercheurs estiment que ces outils assez perfectionnés aient été utilisés par la plupart des espèces vers -650 000 ans, alors qu'ils sont apparus 850 000 ans plus tôt. Bon nombre de ces outils ont été découverts à Notarchirico en Italie.

site archeologique notarchirico italie
Site archéologique de Notarchirico

Homo heidelbergensis, à partir du commencement de l'industrie acheuléenne (c'est-à-dire à partie de -600 000 ans), commence à améliorer ses outils de manière remarquable. Il chasse avec des silex. Des traces de feu ont même été découvertes sur les sites archéologiques de Schöningen en Allemagne et Beeches Pit au Royaume-Uni. Les chercheurs ont daté ses preuves d'utilisation du feu à environ 400 000 ans.

sitearcheologique schoningen
Site archéologique de Schöningen

Nous pouvons donc dire qu'Homo heidelbergensis était un chasseur très évolué, qui a su s'adapter à son environnement. Il pouvait traquer des bêtes de la taille d'un rhinocéros.

 

3 - / Le site historique d'Atapuerca

 

Il y a une quarantaine d'années, la construction d'une voie ferroviaire a permis de découvrir de très imposante grottes calcaires sur le site d'Atapuerca au nord de l'Espagne.

atapuerca fouilles archeologiques fossile
Fouilles archéologiques organisées sur le site d'Atapuerca

Parmi ces grottes, une d'entre-elles a particulièrement retenu l'attention des chercheurs car ses couches géologiques vont de -1Ma à -120 000, et ce, sur une très grande longueur (environ 18 mètres de profondeur).

Pour prouver l'existence d'Hommes à une époque, il n'y a qu'un seul moyen : mettre au jour des os humains. C'est pourquoi la découverte de plusieurs outils en pierre datant de -700 000 n'a pas été retenue comme preuve d'existence humaine à cette période.

Dès 1994, lors de fouilles entreprises sur le site, des os et des dents humaines ont été découverts, aux côtés de nombreux outils en pierre. Les experts ont daté ces fossiles grâce au paléomagnétisme*, entre -1Ma et -800 000.

omoplate atapuerca fossiles
Omoplate datant de -700 000 mis au jour sur le site archéologique d'Atapuerca

* paléomagnétisme : Méthode de datation qui a pour but d'étudier le champ magnétique passé des roches (ici, le calcaire).

Après l'analyse en laboratoire, les scientifiques ont observé que ces fossiles avaient des traits archaïques semblables à ceux observés chez les australopithèques africains.

Le site archéologique d'Atapuerca n'a pas fini de nous surprendre. Il renferme encore bien des trésors qui pourraient aider les scientifiques dans leurs recherches.

Rédigé par Enzo

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article