Liban : Découverte d'un temple romain dans une cité phénicienne !

Publié le 8 Octobre 2021

Une équipe internationale de scientifiques a mis au jour les vestiges d'un complexe appartenant à un temple de l'époque romaine dans la métropole phénicienne de Tyr, sur la côte libanaise.

Crédit photo : U. Wicenciak-Núñez - PCMA UW

Crédit photo : U. Wicenciak-Núñez - PCMA UW

Des archéologues et des spécialistes du Liban, d'Espagne, de Pologne et du Portugal se sont concentrés sur la structure massive du temple de l'époque romaine qui, selon eux, présente deux phases principales : la première date de l'époque où le bâtiment a été érigé au début de la période romaine, la seconde est liée à sa reconstruction majeure à la fin de la période romaine.

Le bâtiment est un rectangle orienté est-ouest, il possède un vestibule flanqué de deux colonnes (trouvées à proximité) et un podium de l'autre côté de la cella. Ses murs étaient à l'origine recouverts de blocs de grès, et il se peut qu'il y ait eu une chambre souterraine au sud de l'entrée.

Crédit photos : U. Wicenciak-Núñez - PCMA UWCrédit photos : U. Wicenciak-Núñez - PCMA UW

Crédit photos : U. Wicenciak-Núñez - PCMA UW

Le bâtiment reposait sur une plate-forme constituée de blocs massifs de calcaire et de grès qui soutenaient la lourde façade, notamment des colonnes de huit mètres de haut en granit rose égyptien.

Inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, Tyr a été l'un des plus importants centres économiques du monde méditerranéen pendant une grande partie de l'Antiquité. Située sur une île côtière reliée au continent par une chaussée construite par Alexandre le Grand, Tyr était, à l'âge du bronze et du fer, un centre florissant de commerce, d'industrie et d'artisanat phénicien.

Selon les sources écrites (y compris la Bible), c'est de Tyr que les colons phéniciens sont partis vers l'ouest de la Méditerranée pour établir des comptoirs commerciaux à Cadix et la célèbre Carthage qui a défié les Romains lors des guerres puniques. D'un point de vue archéologique, près de cinq millénaires d'occupation ininterrompue font de Tyr un objet de recherche à la fois fascinant et stimulant.

Le Dr Francisco J. Núñez, du Centre polonais d'archéologie méditerranéenne de l'Université de Varsovie, a déclaré : "Des vestiges architecturaux superposés, des traces d'occupation ininterrompue, de même que des vestiges de l'époque romaine, font de Tyr un objet de recherche fascinant : Le chevauchement des vestiges architecturaux, les traces de catastrophes naturelles, la montée du niveau de la mer et le développement urbain dynamique de ces dernières décennies ont effectivement rendu difficile la compréhension du caractère de l'architecture antique."

Crédit photos : U. Wicenciak-Núñez - PCMA UWCrédit photos : U. Wicenciak-Núñez - PCMA UW

Crédit photos : U. Wicenciak-Núñez - PCMA UW

Le portique est-ouest du temple, qui longe la rue, mène à des escaliers à l'entrée du bâtiment, décorés de dalles aux motifs géométriques. Cette rue est perpendiculaire à une rue plus étroite, où un autre sanctuaire a été identifié cette saison. Il s'agissait d'une structure composée, comme le pensent aujourd'hui les scientifiques, de deux pièces et d'une cour sur un axe nord-sud ; dans l'une d'elles, les chercheurs ont trouvé un bas-relief égyptien représentant Isis nourrissant Horus enfant.

Le temple et la zone associée de la ville ont subi d'importants dégâts et ont été reconstruits au début de la période byzantine. Le temple a été démoli et recouvert d'une plate-forme, sur laquelle a été érigée une basilique monumentale, qui a ensuite été détruite, ainsi qu'une grande partie de la ville, par le tsunami du VIe siècle de notre ère. Les scientifiques ont également identifié des vestiges d'époques ultérieures : les Fatimides, les Croisés et l'époque ottomane.

Bien que les fouilles libanaises à Tyr aient commencé dans les années 1960, la plupart de leur documentation a été perdue dans la tourmente de la guerre civile de 1975. De plus, la plupart de ces travaux se concentraient sur les niveaux classique et médiéval.

Le Dr. Núñez a déclaré : "Compte tenu de l'importance historique de Tyr pendant les âges du bronze et du fer, nous connaissons très peu de vestiges archéologiques de ces périodes. Notre connaissance de la ville antique se limite en grande partie aux vestiges romains et byzantins qui sont aujourd'hui concentrés dans deux parcs archéologiques : les sites al-Bass et la Basilique."

Crédits photos : U. Wicenciak-Núñez - PCMA UW (1) / M. Mackiewicz - PCMA UW (2)Crédits photos : U. Wicenciak-Núñez - PCMA UW (1) / M. Mackiewicz - PCMA UW (2)

Crédits photos : U. Wicenciak-Núñez - PCMA UW (1) / M. Mackiewicz - PCMA UW (2)

L'un des objectifs du présent projet est de faire la lumière sur la nature, l'histoire et l'évolution de l'urbanisme sur l'île antique de Tyr. La zone d'étude actuelle se situe sur l'acropole, probablement le point le plus élevé de l'île antique. Les fouilles des années 1970 ont révélé des structures de différentes périodes qui nécessitent encore une interprétation. Les fouilles profondes réalisées à cette époque ont fourni des séquences stratigraphiques clés pour comprendre l'histoire du peuplement de ce lieu.


L'équipe du Dr Núñez a analysé les vestiges excavés et, sur la base de caractéristiques architecturales et de découvertes telles que des inscriptions grecques et phéniciennes, a constaté que la zone en question devait être considérée comme sacrée.
En 2020, le Centre polonais d'archéologie méditerranéenne de l'université de Varsovie a rejoint les archéologues libanais et espagnols qui menaient des recherches à Tyr depuis 1997. L'expédition est dirigée conjointement par le professeur María Eugenia Aubet (Université Pompeu Fabra de Barcelone), le Dr Ali Badawi (Direction générale des antiquités du Liban) et le Dr Francisco J. Núñez (Centre polonais d'archéologie méditerranéenne UW). Le projet implique des archéologues et des spécialistes du Liban, d'Espagne, de Pologne, d'Italie, du Portugal, de France et de Grèce.

Les travaux se poursuivront l'année prochaine. Dans un avenir proche, les chercheurs se concentreront à la fois sur le temple lui-même et sur la partie associée de la ville. Mais d'autres structures attirent l'attention des chercheurs. "Il y a un autre bâtiment monumental dans le nord, peut-être un autre temple, que nous aimerions également explorer", a déclaré le Dr Núñez.

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News, #Moyen-Orient, #Antiquité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article