Les habitants de la ville antique de Pergame avaient un régime alimentaire à base de plantes !

Publié le 7 Décembre 2021

L'examen de squelettes mis au jour dans l'ancienne cité grecque de Pergame, dans l'ouest de la Turquie, montre que les habitants qui vivaient il y a 2 000 ans avaient un régime alimentaire à base de glucides et de plantes, selon des scientifiques.

Crédit photo : Lokman Ilhan/Anadolu Agency

Crédit photo : Lokman Ilhan/Anadolu Agency

Une équipe de scientifiques turcs et allemands a également découvert que les habitants de Pergame - près de la ville turque de Bergama - souffraient souvent de maux de dents et de sinus.

Situé dans la province turque d'Izmir, Pergame et son paysage culturel environnant ont été ajoutés à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2014.

Le professeur Wolf Rudiger Teegen, de l'université Ludwig Maximillian de Munich, qui travaille sur des squelettes mis au jour dans deux nécropoles de Pergame, a également découvert des indices sur les habitudes alimentaires et les maladies des habitants de la cité antique.

S'adressant à l'agence Anadolu, Teegen, expert en archéologie proto-historique et romaine, a déclaré qu'en examinant les dents anciennes, "nous voyons qu'un régime riche en glucides était courant, comme le pain et la bouillie."

Crédit photos : Lokman Ilhan/Anadolu AgencyCrédit photos : Lokman Ilhan/Anadolu Agency

Crédit photos : Lokman Ilhan/Anadolu Agency

"Un certain groupe pouvait manger de la viande régulièrement. Le nombre de personnes qui mangeaient beaucoup de viande était faible, car la consommation de viande dépendait du statut social", a-t-il expliqué.

"Nous savons, grâce à des études, que le bœuf était moins cher que le porc. Le porc était très populaire sous l'Empire romain. La viande la plus chère à cette époque était la viande de lapin", a-t-il expliqué.

Crédit photo : Lokman Ilhan/Anadolu Agency

Crédit photo : Lokman Ilhan/Anadolu Agency

Après avoir travaillé dans la région sur 300 squelettes et restes osseux pendant près d'une douzaine d'années, Teegen a déclaré qu'ils se sont principalement concentrés sur le sexe et l'âge des restes, ajoutant : "Sur certains squelettes, il est impossible de déterminer le sexe. La détermination de l'âge est beaucoup plus possible. Nous observons une distribution typique des âges. Cela est également vrai pour les époques romaine et hellénistique."

"Nous avons constaté que les gens mouraient principalement entre 20 et 40 ans. Le taux de mortalité aux âges plus élevés est plus faible. En particulier, l'âge médian au décès chez les femmes est plus bas en raison de facteurs tels que la grossesse et l'accouchement", a-t-il ajouté.

Il a souligné qu'ils rencontrent rarement des causes de décès autres qu'un traumatisme contondant, car les maladies présentant des symptômes tels que la fièvre ou la diarrhée ne laissent aucune trace sur le squelette.

Les problèmes de santé les plus fréquents sont les abcès et la perte des dents, a-t-il dit, ajoutant : "Ces maladies ont également joué un rôle important dans l'enfance et la jeunesse".

Crédit photo : Lokman Ilhan/Anadolu Agency

Crédit photo : Lokman Ilhan/Anadolu Agency

Source :

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News, #Moyen-Orient, #Antiquité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article