Publié le 13 Février 2018

representation Euparkeria
Représentation d'un Euparkéria

Nom Scientifique : Euparkéria

Signification de son nom : "l'animal de Parker"

Famille : Euparkériidés

Classification Supérieure : Euparkeriidae

Alimentation : Carnivore

Localisation : Afrique du Sud

Époque : Il y a  245 à 234 millions d'années (Trias)

Taille : Environ 55 centimètres de longueur.

Poids : Jusqu'à 9 kilogrammes

Premiers Fossiles Retrouvés : En  1913 par  Robert Broom.

Particularités : L'Euparkéria avait la grande particularité de se déplacer aussi aisément par la quadrupédie (avec ses 4 pattes) que par la bipédie (avec ses 2 pattes). Il avait de petites dents régulières et très pointues qui devaient tomber pour laisser place à d'autres, plus résistantes.

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Repost0

Publié le 12 Février 2018

Dans ce qui est salué comme une "percée majeure" dans l'archéologie maya, des chercheurs ont identifié les ruines de plus de 60000 maisons, pyramides, routes surélevées et autres structures artificielles masquées depuis des siècles sous les jungles du nord du Guatemala.

A l'aide de la technologie LiDAR (Light Detection And Ranging) ou télédétection laser, les spécialistes ont enlevé numériquement la canopée des images aériennes de ce paysage aujourd'hui non peuplé. Cela a permis de révéler les ruines de cette civilisation précolombienne tentaculaire qui était beaucoup plus complexe et interconnectée que la plupart des spécialistes mayas ne l'avaient supposé.

 

1) Plus de 2100 km² cartographiés

Decouverte village Mayas

"Les images LiDAR montrent clairement que toute cette région était un système d'implantation dont l'échelle et la densité de population avaient été grossièrement sous-estimées" rapporte Thomas Garrison, archéologue de l'Ithaca College spécialisé dans l'utilisation des technologies digitales pour les recherches archéologiques.

Garrison fait partie d'un groupement de chercheurs qui participent au projet, mené par la Fondation Pacunam, une organisation à but non lucratif guatémaltèque qui favorise la recherche scientifique, le développement durable et la préservation de l'héritage culturel maya.

Le projet a permis de cartographier plus de 2100 kilomètres carrés de la réserve de biosphère maya dans la région du Petén au Guatemala, produisant le plus grand ensemble de données LiDAR jamais obtenues pour la recherche archéologique.

Les résultats suggèrent que l'Amérique Centrale supportait une civilisation avancée qui était à son apogée il y a quelque 1200 ans, comparable aux cultures sophistiquées comme l'ancienne Grèce ou la Chine, et non pas quelques villes dispersées et peu peuplées qu'ont longtemps suggéré les recherches menées au sol.

En plus ces centaines de structures jusque là inconnues, les images LiDAR montrent des routes surélevées reliant les centres urbains et les carrières. Des systèmes d'irrigation et de terrassement supportaient une agriculture intensive capable de nourrir des masses de travailleurs qui ont radicalement remodelé le paysage.

Les anciens mayas n'ont jamais utilisé la roue ou de bêtes de somme, pourtant "c'était une civilisation qui avait littéralement déplacé des montagnes" dit Marcello Canuto, archéologue à l'université Tulane et participant au projet, "Nous avons cette conjecture occidentale supposant que les civilisations complexes ne peuvent pas prospérer dans les tropiques, que les tropiques sont le lieu où les civilisations vont mourir. Mais avec les nouvelles évidences fournies par les données LiDAR, que ce soit en Amérique Centrale ou à Angkor Vat au Cambodge, nous devons maintenant considérer que des sociétés complexes se sont peut-être formées dans les tropiques puis se sont dirigées vers l'extérieur."
 

Des aperçus surprenants

Decouverte village Mayas


"Le LidAR est en train de révolutionner l'archéologie comme le télescope Hubble a révolutionné l'astronomie" rapporte Francisco Estrada-Belli, archéologue à l'Université Tulane, "Il nous faudra cent ans pour parcourir toutes les données et vraiment comprendre ce que nous voyons".

Déjà, cependant, l'étude a fourni des aperçus surprenant sur les schémas de peuplement, la connectivité inter-urbaine et la militarisation dans les basses terres mayas.

A son apogée au cours de la période classique maya (environ 250-900 après JC), la civilisation recouvrait une région grande comme environ deux fois l'Angleterre médiévale, et était bien plus densément peuplée. "La plupart des gens étaient d'accord avec les estimations d'une population d'environ 5 millions de personnes" ajoute Estrada-Belli qui dirige un projet archéologique multi-disciplinaire à Holmul au Guatemala, "avec ces nouvelles données, il n'est plus déraisonnable de penser qu'il y avait 10 à 15 millions de personnes là-bas, y compris beaucoup vivant dans des zones basses marécageuses que beaucoup d'entre nous pensions inhabitables"

Virtuellement, toutes les cités mayas étaient reliées par des chaussées suffisamment grande pour suggérer qu'elles étaient très fréquentées et utilisées pour le commerce et autres interactions régionales. Ces grandes routes étaient surélevées pour permettre un passage plus facile pendant les saisons des pluies.

Decouverte village Mayas



Dans cette partie du monde où il y a généralement trop ou pas assez de précipitations, l'écoulement de l'eau a été méticuleusement planifié et contrôlé par des canaux, des digues et des réservoirs.

Parmi les découvertes les plus surprenantes, il y a l'omniprésence des murs défensifs, des remparts, des terrasses et des forteresses. "La guerre ne se passait pas seulement vers la fin de la civilisation" dit Garrison, "elle était à grande échelle et systématique, et elle a duré pendant de nombreuses années".

Des sites riches d'informations mais menacés.


L'étude a aussi révélé des milliers de fosses creusées par les pilleurs modernes. "Beaucoup de ces nouveaux sites, ne sont nouveaux que pour nous, mais ce n'est pas le cas pour les pilleurs" ajoute Marianne Hernandez, présidente de la fondation Pacunam.


La dégradation de l'environnement est une autre préoccupation. Le Guatemala perd 10% de ses forêts annuellement, et la perte d'habitat s'est accélérée le long de sa frontière avec le Mexique alors que des gens brûlent et défrichent les terres pour l'agriculture et la construction. "En identifiant ces sites et en aidant à comprendre qui était ce peuple, nous espérons sensibiliser sur la valeur de la protection de ces lieux" ajoute Hernandez.

L'étude est la première phase de l'initiative Pacunam LiDAR, un projet de trois ans qui finira par cartographier plus de 14 000 kilomètres carrés des basses terres du Guatemala, qui font partie d'un système d'implantation précolombien qui s'étendait au nord du golfe du Mexique.

"L'ambition et l'impact de ce projet est tout simplement incroyable" estime Kathryn Reese-Taylor, archéologue de l'université de Calgary et spécialiste maya associé au projet de Pacunam, "Malgré des décennies passées à traverser les forêts, aucun archéologue n'était tombé sur ces sites. Plus important encore, nous n'avons jamais eu la vue d'ensemble que nous apportent ces données. Elles retirent réellement le voile et nous aident à voir cette civilisation comme les anciens mayas la voyaient".

 Source : http://decouvertes-archeologiques.blogspot.fr/2018/02/des-milliers-de-structures-mayas.html

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News, #Mayas

Repost0

Publié le 6 Février 2018

Il y a quelques semaines, des manuscrits très rares ont été découverts dans le Mont Athos, en Grèce, par une équipe d'archéologues.

Des manuscrits arabes rarissimes découverts au Mont Athos
Un des documents trouvés lors des recherches

Cette mission archéologique n'était pas préventive. Au contraire, plusieurs grands docteurs sont venus explorer les lieux. Ils ont visité des bibliothèques et des monastères dans le nord du pays. Après quelques recherches, ils y ont trouvé de très rares documents qui racontent environ 1800 ans d'histoire chrétienne.

Le docteur Al Ajmi (un des docteurs présents lors de la mission), a fait le rapport de la découverte sur le Mont Athos, site sacré et très ancien classé au Patrimoine mondial de l'UNESCO, dès 1988. Dans ce dernier, il évoque le fait qu'il est très important de mieux connaître l'histoire des arabes et des musulmans qui vivaient dans la région du Mont Athos. Enfin, il dit ouvertement que sans avoir insister, les autorités grecques n'auraient jamais accepté de les laisser lui et son équipe, effectuer cette mission.

Ce même docteur a également fait l'inventaire, lors de son discours, de tous les vestiges découverts pendant cette mission. Les manuscrits datent de l'âge d'or islamique. Ils racontent des situations banales du quotidien, des expériences scientifiques ainsi que des affaires religieuses (entre autres).

Ces nouvelles découvertes vont maintenant pouvoir aider les archéologues à comprendre comment vivaient les arabes et les musulmans au cours de cette période, dans la région du Mont Athos.

 

Source : http://decouvertes-archeologiques.blogspot.fr/2018/01/des-manuscrits-arabes-rarissimes.html

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News

Repost0