Publié le 31 Juillet 2019

Dans l'antique cité de Halaesa Archonidea (aujourd'hui Tusa), des archéologues procèdent à des fouilles archéologiques, dans le but de découvrir de nouveaux vestiges grecs sur ce site historique. Ce dernier se situe dans la province de Messine, à l'extrême nord-est de la Sicile. Au cours de ces fouilles, 3 temples ainsi qu'un théâtre grec ont déjà été mis au jour.

Crédit photo : La Repubblica

Crédit photo : La Repubblica

Des archéologues des Universités d'Amiens, de la Sorbonne et de l’École du Louvre, dirigés par Michela Costanzi, ont travaillé sur le site archéologique en fouillant l'ancien théâtre. Une seconde mission, menée par Lorenzo Campagna et Jonathan Prag accompagné du scientifique Alessio Toscano Raffa (rattaché au Conseil National de Recherche), a été organisée afin d'étudier et de fouiller l'ère du sanctuaire d'Apollon. Cette mission a rassemblé des archéologues des Universités de Messine et d'Oxford et a permis de mettre au jour un immense bloc de plus de 45 mètres de long, 25 mètres de large et 4 mètres de haut. Il s'agit d'un podium en gradin sur lequel se dressaient les trois temples.

Crédit photos : La Repubblica - Cliquez sur les photos pour les agrandir !Crédit photos : La Repubblica - Cliquez sur les photos pour les agrandir !
Crédit photos : La Repubblica - Cliquez sur les photos pour les agrandir !Crédit photos : La Repubblica - Cliquez sur les photos pour les agrandir !

Crédit photos : La Repubblica - Cliquez sur les photos pour les agrandir !

Raphael, un des fouilleurs, s'est exprimé :

Le cœur du sanctuaire est l'endroit où il y avait deux temples ainsi qu'un plus grand dédié à Apollon, nommé par Diodorus Siculus et deux inscriptions de Halaesa. Apollon était le dieu protecteur de la ville, comme en témoigne le monnayage de Halaesa à tête d'Apollon et de la cithare.

La Repubblica

Les trois temples dont on a retrouvé les fondations datent de l'époque hellénistique, dont peu d'éléments ont été retrouvés jusqu'à ce jour. Les fouilles italo-françaises se poursuivent sur le site où un théâtre antique a été mis au jour l'année dernière.

Crédit photos : La Repubblica - Cliquez sur les photos pour les agrandir !Crédit photos : La Repubblica - Cliquez sur les photos pour les agrandir !
Crédit photos : La Repubblica - Cliquez sur les photos pour les agrandir !Crédit photos : La Repubblica - Cliquez sur les photos pour les agrandir !

Crédit photos : La Repubblica - Cliquez sur les photos pour les agrandir !

Michela Costanzi, qui a participé aux fouilles, précise que l'équipe d'archéologues à fouillé au sud de l'agora, dans la région de l'acropole méridionale et sous le mur à contreforts. Cette région continue d'offrir de nombreuses surprises : L'année dernière, des éléments qui prouvent l'existence d'un théâtre antique enfoui sous plusieurs mètres de terre ont été découverts (marches taillées dans la roche et sièges en pierre). Cette année, ils ont retrouvé les vestiges du mur qui fermait la cavea* sur laquelle étaient assis les spectateurs.

*Cavea : Partie du théâtre ou de l'amphithéâtre romain où étaient disposées les rangées de gradins et où s'asseyaient les spectateurs.

Pour Costanzi : "ces éléments mis au jour enrichissent chaque jour notre compréhension de l'aménagement urbain de cette ville que Cicéron avait qualifié de l'une des plus belles de Sicile".

 

 

Source :

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News

Repost0

Publié le 21 Juillet 2019

Ce mercredi, le Ministère des Antiquités Égyptiennes (EMA) a annoncé que des spécialistes allaient effectuer un long travail de restauration de la tombe du célèbre pharaon Toutankhamon. Il s'agit des premiers travaux de restauration depuis sa découverte en 1922.

Le sarcophage et les collections de la tombe du jeune pharaon devraient devenir les vestiges les plus importants et les plus précieux du nouveau Grand Musée Égyptien (GEM). Ce dernier ouvrira ses portes au public l'an prochain près des pyramides de Gizeh.

C'est l'archéologue Howard Carter qui a découvert la tombe (KV62) dans la Vallée des Rois près de Thèbes (aujourd'hui Louxor) en 1922. Près de 5 000 autres artefacts seront restaurés avec le grand sarcophage qui est l'un des seuls a être resté inviolé jusqu'à sa découverte. Toutankhamon, roi de la XVIIIème dynastie, a accédé prématurément au trône à l'âge de 9 ans. Il a régné pendant près de 10 ans avant de disparaitre à 19 ans. Le Ministère (EMA) a rapporté que la tombe a été transportée du sud de l’Égypte vers le Grand Musée Égyptien il y a 3 jours.

Cercueil externe doré de Toutankhamon - Crédit image : Nariman El-Mofty

Cercueil externe doré de Toutankhamon - Crédit image : Nariman El-Mofty

Le chef de service de restauration des premiers secours au GEM, Eissa Zidan, s'est exprimé :

Le sarcophage a sérieusement été abimé. On peut, par exemple, observer de nombreuses fissures dans les couches de plâtres dorées ainsi qu'une grande fragilité de l'ensemble des couches dorées.
Les travaux de restauration seront entrepris pendant environ 2 mois.

Reuters

Sarcophage doré de Toutankhamon

Sarcophage doré de Toutankhamon

Le gouvernement égyptien a annoncé que le Grand Musée Égyptien, qui est en construction depuis près de 15 ans sera officiellement ouvert d'ici la fin 2020. Il a été financé d'une part par l’Égypte mais aussi par le Japon.

Sarcophage doré de Toutankhamon

Sarcophage doré de Toutankhamon

Source :

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News

Repost0

Publié le 2 Juillet 2019

Des archéologues polonais qui travaillent en Égypte ont découvert plusieurs dizaines de momies vieilles de près de 2 000 ans. Les momies ont été mises au jour au cours de fouilles réalisées près de la plus vieille pyramide du monde, dans l'ancien cimetière de Saqqarah. Ce dernier servait de nécropole pour Memphis, la capitale de l'Ancienne Égypte.

L'équipe d'archéologues fouille et étudie le site de Saqqarah depuis plus de 20 ans dans le cadre d'une concession accordée au Centre Archéologique en Méditerranée de l'Université de Varsovie.

La découverte de toutes ces momies est une avancée considérable pour l'étude du site. Elle a notamment permis de découvrir l'existence de deux nécropoles à l'Ouest du complexe funéraire de la pyramide de Djoser. Cette dernière a été construite au 27e siècle avant notre ère, ce qui en fait la plus vieille pyramide au monde !

Momies découvertes à Saqqarah - Crédit photo : J. Dąbrowski/PCMA

Momies découvertes à Saqqarah - Crédit photo : J. Dąbrowski/PCMA

Sépultures mal conservées et cercueils dégradés - Crédit photo : J. Dąbrowski/PCMA

Sépultures mal conservées et cercueils dégradés - Crédit photo : J. Dąbrowski/PCMA

Les recherches les plus récentes, qui ont été entreprises en Septembre dernier, portaient sur la zone située entre la pyramide de Djoser et la partie Ouest du "dry moat" (fossé sec), un fossé profond qui entoure la pyramide.

Contrairement aux sarcophages que l'on connait qui sont ornés et aux chambres funéraires dédiées aux pharaons, ici, les momies découvertes ont été mises au repos dans un cimetière avec des arrangements modestes. Cela montre qu'il ne s'agissait probablement pas de personnes importantes dans la société. La momification a été réalisée hâtivement, ce qui est la principale cause du mauvais état de conservation de ces momies.

Anubis (dieu funéraire) peint sur la base d'un des cercueils - Crédit photo : A. Kowalska/PCMA

Anubis (dieu funéraire) peint sur la base d'un des cercueils - Crédit photo : A. Kowalska/PCMA

Le docteur en Égyptologie Kamil Kuraszkiewicz a mené les fouilles pour le Département d'Égyptologie à la Faculté d'études orientales de l'Université de Varsovie. Il s'est exprimé à propos de la découverte :

La plupart des momies qui ont été découvertes au cours de la dernière saison étaient très modestes. Elles ont seulement été soumises à des traitements de base puis ont été enveloppées dans des bandages et enfin placées dans des cavités creusées dans le sable.

The First News

La plupart des sépultures étaient en mauvais état de conservation. En effet, le bois des cercueils était en décomposition.

Anubis (dieu funéraire) peint sur la base d'un des cercueils - Crédit photo : J. Dąbrowski/PCMA

Anubis (dieu funéraire) peint sur la base d'un des cercueils - Crédit photo : J. Dąbrowski/PCMA

Kuraszkiewicz a attiré l'attention sur les décorations d'un des cercueil en bois. On peut en effet y observer des symboles qui ressemblent à l'écriture hiéroglyphique mais qui ne sont en réalité que des imitations.

Il a expliqué que l'artisan qui a peint ces symboles ne savait probablement pas lire les hiéroglyphes. Il a donc sans doute essayé de reproduire des symboles qu'il avait déjà vu auparavant. En effet, l'ensemble de ces caractères ne créent pas de texte intelligible.

Les tranchées autour de la pyramide de Djoser auraient pu être un "passage vers l'au-delà".         Crédit photo : K. Kuraszkiewicz/PCMA

Les tranchées autour de la pyramide de Djoser auraient pu être un "passage vers l'au-delà". Crédit photo : K. Kuraszkiewicz/PCMA

Selon l'égyptologue, le fossé qui entoure la pyramide peut probablement refléter les anciennes croyances égyptiennes sur la vie après la mort.

Le "fossé sec" était peut-être un chemin par lequel devait passer le pharaon pour atteindre l'immortalité. Il s'agissait peut-être, dans les croyances, d'un chemin parsemé d'obstacles tels que des murs et des créatures dangereuses.

 

Source :

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News

Repost0