Publié le 21 Janvier 2021

Une équipe de chercheurs a mis au jour, dans le centre de l’Équateur, les restes de 12 squelettes accompagnés de nombreux artefacts. Cette découverte pourrait aider les experts dans la compréhension de la conquête espagnole et du passage au régime colonial.

Vue aérienne du site - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin

Vue aérienne du site - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin

La découverte a eu lieu lors de fouilles préventives réalisées en amont de la construction d'un réservoir d'eau relié à un système d'irrigation. Il s'agit d'une découverte très importante car, jusque là, les recherches universitaires menées sur cette période ne s’appuyaient que sur des sources historiques et non archéologiques.

Les vestiges ont été mis au jour dans une zone située à environ 2 900 mètres d'altitude, à Mulalo, dans le district rural du canton équatorien de Latacunga situé dans la province de Cotopaxi. D'après les premières analyses, les artefacts seraient vieux d'environ cinq siècles.

Esteban Acosta, l'archéologue responsable des fouilles, s'est exprimé à propos de la découverte :

C'est une grande découverte car cette période est peu étudiée sur le plan archéologique. Elle l'est seulement sur le point de vue historique. Je m'attends à ce que les analyses en laboratoire donnent un aperçu de la façon dont les habitants vivaient ici à cette période.

Journal EFE

Les os et les artefacts découverts à moins d'un mètre de profondeur correspondent à la période située entre 1450 et 1540, c'est à dire la période de transition entre la fin du royaume Inca et le début de la conquête espagnole dans cette région.

Il est important de savoir que d'autres sites archéologiques avaient déjà été localisés dans la région de Cotopaxi, dont un mur de la période Inca qui a depuis fait l'objet de plusieurs projets de recherche. Certains sites de cette province contenant des vestiges et des artefacts indiquent une occupation datant de la culture Panzaleo, qui est antérieure à celle des Incas.

Cliquez sur les photos pour les voir complètement !

Clichés réalisés sur le site au cours des fouilles - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - SalatilinClichés réalisés sur le site au cours des fouilles - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - SalatilinClichés réalisés sur le site au cours des fouilles - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin

Clichés réalisés sur le site au cours des fouilles - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin

Face au manque de moyens financiers au niveau national pour mener à bien la recherche sur le site de Mulalo, c'est le maire de Latacunga, Byron Cardenas, qui a lui-même fait appel à l'archéologue Esteban Acosta afin de diriger les fouilles.

La première découverte sur le site, réalisée en 2019 lors d'une étude préliminaire, a été celle d'un crâne et d'un récipient en terre cuite. Cette découverte a suscité l'attention des organismes culturels et de la mairie qui a donc demander à ce qu'une enquête plus approfondie soit réalisée avant la construction d'un réservoir d'eau artificiel que la population demandait depuis plus d'une décennie. 

Cette fois-ci, ce ne sont pas moins de 12 squelettes qui ont été mis au jour. La plupart d'entre eux sont en mauvais état de conservation en raison des infiltrations d'eau. De prochaines études en laboratoire seront menées afin de déterminer s'il s'agit de membres d'une même famille ou d'un même groupe.

Clichés réalisés sur le site - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin
Clichés réalisés sur le site - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin
Clichés réalisés sur le site - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin
Clichés réalisés sur le site - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin

Clichés réalisés sur le site - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin

Voici une vidéo qui présente la découverte. Même si elle n'est pas en français, vous pouvez contempler le site et les vestiges mis au jour ! Bon visionnage !

Source :

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News, #Incas

Repost0

Publié le 19 Janvier 2021

Les vestiges d'un village de l'âge du Fer ont été découverts à Tye Green. Des membres de l'université d'Oxford rattachés au département archéologique ont fouillé une zone de quatre hectares en amont de la construction de logements par la société Countryside Properties and RPS Consulting. Il s'agit donc de fouilles préventives.

Vue aérienne du site - Crédit photo : Oxford Archaeology East (OAE)

Vue aérienne du site - Crédit photo : Oxford Archaeology East (OAE)

Les recherches sur le chantier de fouille indiquent que le site était important au cours de la fin de l'âge de Fer jusqu'au début de l'époque romaine. Il aurait par la suite été endommagé au cours d'invasions des boudiccans (peuple celte).

Le site est constitué d'une grande enceinte défensive creusée à la fin du 1er siècle av. J.-C., de 17 maisons rondes et 17 constructions semi-circulaires considérées comme des brises-vent. Sont également présentes des structures plus petites, en forme de demi-cercle, qui pourraient être des foyers.

Vue du site pendant les fouilles - Crédit photo : OAE

Vue du site pendant les fouilles - Crédit photo : OAE

D'après la profondeur des trous laissés par les poteaux des maisons et leur organisation, les constructions devaient avoir un diamètre d'environ 15 mètres. Les archéologues qui ont participé aux fouilles ont indiqué que l'entrée de l'enceinte défensive, en forme d'avenue, était alignée avec la maison centrale du site. En plus des foyers d'habitations, les chercheurs ont mis au jour des structures similaires aux greniers médiévaux qui servaient à stocker les céréales taxées.

De nombreux artefacts ont été découverts par les chercheurs. On peut noter la présence de plus de 100 broches datant du Ier siècle av. J.-C. au IIIe siècle de notre ère, 10 pièces de l'âge de Fer, des pièces romaines, des épingles à cheveux, des perles, des bagues ainsi qu'une figurine de coq en alliage de cuivre.

Ils ont aussi mis au jour une zone contenant de nombreux os d'animaux et des coquilles d'huîtres ainsi que des offrandes votives. Ces découvertes indiquent peut-être un lien avec un dieu romain : celui de la communication et du commerce. Il pourrait aussi s'agit d'un rapprochement au culte de Mercure.

Voici maintenant un panel des artefacts mis au jour (cliquez sur les photos pour les voir complètement) :

Dans l'ordre : Figurine de coq, pièce de l'Âge du Fer et deux broches - Crédit photos : OAEDans l'ordre : Figurine de coq, pièce de l'Âge du Fer et deux broches - Crédit photos : OAE
Dans l'ordre : Figurine de coq, pièce de l'Âge du Fer et deux broches - Crédit photos : OAEDans l'ordre : Figurine de coq, pièce de l'Âge du Fer et deux broches - Crédit photos : OAE

Dans l'ordre : Figurine de coq, pièce de l'Âge du Fer et deux broches - Crédit photos : OAE

Le village s'est étendue jusqu'au Ier siècle de notre ère où certaines grandes maisons ont été brûlées et l'enceinte défensives rebouchée.

Andy Greef et Pat Moan ont publié un article dans le magazine In Touch d'Oxford Archaeology dans lequel ils relatent la découverte :

Il est difficile d'en être certain avant des analyses plus approfondies mais le site représente potentiellement la preuve de représailles sur des familles importantes à la suite du soulèvement des boudiccans.

Vues aériennes du site de Tye Green - Crédit photos : OAE
Vues aériennes du site de Tye Green - Crédit photos : OAE

Vues aériennes du site de Tye Green - Crédit photos : OAE

Source :

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News, #Europe de l'Ouest

Repost0

Publié le 14 Janvier 2021

Des agriculteurs ont découvert une statue féminine d'1,50 mètre de hauteur dans une plantation d'agrumes située sur la côte du Golfe du Mexique. D'après les premiers rapports, il s'agit  de la représentation du femme d'élite.

Statue féminine découverte à Hidalgo Amaja - Crédit photo : Maria Eugenia Maldonado Vite, INAH

Statue féminine découverte à Hidalgo Amaja - Crédit photo : Maria Eugenia Maldonado Vite, INAH

L'Institut national d'anthropologie et d'histoire a déclaré qu'il s'agit de la première statue de ce type découverte dans la région de Huasteca. La femme sculptée possède une chevelure très élaborée qui indique un rang social assez élevé. D'après les premières analyses, la statue pourrait dater d'entre 1450 et 1521. Bien que le site d'Hidalgo Amaja se rapproche plus des ruines découvertes sur un autre site (El Tajin), cette découverte met en évidence certaines influence Aztèques.

La découverte a eu lieu le jour du nouvel an dans un endroit qui n'était pas recensé comme site archéologique. La statue a donc probablement été déplacée à partir d'un site encore inconnu aujourd'hui. La personne représentée par des yeux écarquillés et la bouche ouverte n'a pas encore été identifiée.

Maria Eugenia Maldonado Vite, archéologue rattachée à l'Institut, s'est exprimée à propos de la découverte :

La femme représentée est plus une femme d'élite qu'une déesse d'après sa posture et les habits qu'elle porte. Cependant, il pourrait s'agir d'une fusion entre des déesse de la fertilité et des femmes de haut rang social de la Huasteca.
S'il n'y a qu'une seule trouvaille de ce type, il sera difficile de dire si elle est significative, ou même correctement identifiée. L'archéologie fonctionne mieux avec des occurrences répétées, pour montrer un modèle.

Associated Press

Détails du buste et de la chevelure de la statue - Crédit photo : Maria Eugenia Maldonado Vite, INAH

Détails du buste et de la chevelure de la statue - Crédit photo : Maria Eugenia Maldonado Vite, INAH

Source :

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News, #Aztèques

Repost0