Publié le 18 Juillet 2021

Le vacarme des animaux en cage, l'odeur de la peur des gladiateurs et le tonnerre des dizaines de milliers de spectateurs qui les acclamaient au-dessus se sont tous évaporés avec le temps. Mais en se promenant dans les entrailles du Colisée, les ruines souterraines de l'amphithéâtre le plus célèbre de la Rome antique, on réalise douloureusement à quel point l'expertise technique était mise au service de ces fins sanglantes.

 

Crédit photo : Vincenzo Pinto/AFP

Crédit photo : Vincenzo Pinto/AFP

La réouverture au public a été annoncée vendredi après une restauration méticuleuse de l'"hypogée" (zone souterraine), avec un nouveau sentier offrant des vues intimes de la structure.

"C'était sombre, malodorant. Les conditions de vie des esclaves et des animaux étaient terribles", a déclaré la guide "Cristina" en faisant visiter le souterrain aux journalistes.

Crédit photos : Filippo Monteforte/AFPCrédit photos : Filippo Monteforte/AFP

Crédit photos : Filippo Monteforte/AFP

Autrefois recouvert d'un plancher en bois, le dédale de couloirs et de chambres sombres servait de coulisses à l'amphithéâtre - et de dernier espace de rétention pour les hommes et les bêtes qui étaient lâchés en haut pour connaître leur destin. "Imaginons que de l'obscurité, ils émergent soudainement", a dit Cristina. "Imaginez le bruit terrible qui venait de l'arène."

Parrainée par le groupe italien de chaussures de luxe Tod's, la restauration, commencée en 2018, a mobilisé 81 archéologues, ingénieurs et autres personnes pour nettoyer et renforcer les murs à l'intérieur de l'hypogée, qui s'étend sur un demi-hectare. "Nous rendons enfin au public ce monument dans le monument", a déclaré à la presse la directrice du site, Alfonsina Russo.

Crédit photos : Vincenzo Pinto/AFP (1) et Parco Archeologico del Colosseo (2)Crédit photos : Vincenzo Pinto/AFP (1) et Parco Archeologico del Colosseo (2)

Crédit photos : Vincenzo Pinto/AFP (1) et Parco Archeologico del Colosseo (2)

Le président de Tod's, Diego della Valle, a promis 25 millions d'euros (30 millions de dollars) en 2011 pour la restauration complète de l'amphithéâtre Flavien, le vrai nom du Colisée. Un centre d'accueil doit encore être construit sur le site de l'UNESCO, qui accueillait sept millions de visiteurs par an avant la pandémie de coronavirus.

Le Colisée a été achevé pour la première fois en 80 après J.-C. et l'hypogée a été construit sous l'empereur Domitien. Le site a été utilisé pour la dernière fois en 523 après J.-C. et l'hypogée a été progressivement recouvert de gravats jusqu'à ce qu'il soit dégagé au XIXe siècle.

Crédit photo : Parco Archeologico del Colosseo

Crédit photo : Parco Archeologico del Colosseo

Le système labyrinthique de passages et de chambres était la clé des spectacles en surface, qu'il s'agisse de combats de gladiateurs, de chasses aux animaux sauvages africains ou d'exécutions publiques. Un imposant tunnel oriental menait à un camp d'entraînement de gladiateurs, qui comprenait un hôpital et une morgue.

Les animaux entraient également dans l'amphithéâtre par le tunnel avant d'être mis en cage. Sur les sols en briques à chevrons des 15 tunnels, on peut voir des trous taillés dans le travertin et revêtus de bronze, les bases des treuils massifs qui permettaient de hisser les cages, les décors ou les plateformes accueillant les gladiateurs. Il fallait huit esclaves pour faire tourner chaque treuil. En approchant du niveau de l'amphithéâtre, les portes des cages s'ouvraient, propulsant les bêtes affamées et désorientées dans l'arène.

Crédit photo : Parco Archeologico del Colosseo

Crédit photo : Parco Archeologico del Colosseo

Source :

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News, #Europe de l'Ouest

Repost0