incas

Publié le 21 Janvier 2021

Une équipe de chercheurs a mis au jour, dans le centre de l’Équateur, les restes de 12 squelettes accompagnés de nombreux artefacts. Cette découverte pourrait aider les experts dans la compréhension de la conquête espagnole et du passage au régime colonial.

Vue aérienne du site - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin

Vue aérienne du site - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin

La découverte a eu lieu lors de fouilles préventives réalisées en amont de la construction d'un réservoir d'eau relié à un système d'irrigation. Il s'agit d'une découverte très importante car, jusque là, les recherches universitaires menées sur cette période ne s’appuyaient que sur des sources historiques et non archéologiques.

Les vestiges ont été mis au jour dans une zone située à environ 2 900 mètres d'altitude, à Mulalo, dans le district rural du canton équatorien de Latacunga situé dans la province de Cotopaxi. D'après les premières analyses, les artefacts seraient vieux d'environ cinq siècles.

Esteban Acosta, l'archéologue responsable des fouilles, s'est exprimé à propos de la découverte :

C'est une grande découverte car cette période est peu étudiée sur le plan archéologique. Elle l'est seulement sur le point de vue historique. Je m'attends à ce que les analyses en laboratoire donnent un aperçu de la façon dont les habitants vivaient ici à cette période.

Journal EFE

Les os et les artefacts découverts à moins d'un mètre de profondeur correspondent à la période située entre 1450 et 1540, c'est à dire la période de transition entre la fin du royaume Inca et le début de la conquête espagnole dans cette région.

Il est important de savoir que d'autres sites archéologiques avaient déjà été localisés dans la région de Cotopaxi, dont un mur de la période Inca qui a depuis fait l'objet de plusieurs projets de recherche. Certains sites de cette province contenant des vestiges et des artefacts indiquent une occupation datant de la culture Panzaleo, qui est antérieure à celle des Incas.

Cliquez sur les photos pour les voir complètement !

Clichés réalisés sur le site au cours des fouilles - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - SalatilinClichés réalisés sur le site au cours des fouilles - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - SalatilinClichés réalisés sur le site au cours des fouilles - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin

Clichés réalisés sur le site au cours des fouilles - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin

Face au manque de moyens financiers au niveau national pour mener à bien la recherche sur le site de Mulalo, c'est le maire de Latacunga, Byron Cardenas, qui a lui-même fait appel à l'archéologue Esteban Acosta afin de diriger les fouilles.

La première découverte sur le site, réalisée en 2019 lors d'une étude préliminaire, a été celle d'un crâne et d'un récipient en terre cuite. Cette découverte a suscité l'attention des organismes culturels et de la mairie qui a donc demander à ce qu'une enquête plus approfondie soit réalisée avant la construction d'un réservoir d'eau artificiel que la population demandait depuis plus d'une décennie. 

Cette fois-ci, ce ne sont pas moins de 12 squelettes qui ont été mis au jour. La plupart d'entre eux sont en mauvais état de conservation en raison des infiltrations d'eau. De prochaines études en laboratoire seront menées afin de déterminer s'il s'agit de membres d'une même famille ou d'un même groupe.

Clichés réalisés sur le site - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin
Clichés réalisés sur le site - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin
Clichés réalisés sur le site - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin
Clichés réalisés sur le site - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin

Clichés réalisés sur le site - Crédit photo : EFE/Byron Ortiz/Mulalo Archaeological Project - Salatilin

Voici une vidéo qui présente la découverte. Même si elle n'est pas en français, vous pouvez contempler le site et les vestiges mis au jour ! Bon visionnage !

Source :

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News, #Incas

Repost0

Publié le 3 Mai 2019

Un cimetière datant de près d'un millénaire a récemment été découverte sur le célèbre site archéologique de Pachacamac, situé sur la côte Pacifique du Pérou.

Le projet a permis d'explorer une nouvelle partie du gigantesque site, et de trouver un groupement de sépultures, entouré de plusieurs couches de matières végétales, de textiles et de filets.

Le professeur de l'Université Libre de Bruxelles (ULB), Peter Eeckhout, s'est prononcé sur cette découverte majeur : "Ces sépultures ont été enterrées ensemble, dans des fosses très profondes enfoncées dans le sable, avec des céramiques et diverses offrandes. Le tout a ensuite été recouvert avec du bois (sous forme de toit pointu pour la protection)".

Site de Pachacamac - Crédit photo : HeritageDaily

Site de Pachacamac - Crédit photo : HeritageDaily

Les archéologues ont étudié ces vestiges culturels, alors que les anthropologues se sont plutôt occupés de l'étude des momies. Cette équipe d'anthropologues a été dirigée par le docteur Lawrence Owens, qui s'est exprimé à propos du projet : "Les individus découverts étaient dans un mauvais état. La plupart ont eu une vie difficile, avec diverses fractures, problèmes de dos et de hanches. Mais les individus retrouvés dans le cimetière montrent une présence plus élevée de tuberculose, syphilis ainsi que de fractures osseuses très graves qui ont pu avoir de lourdes répercutions sur leur vie".

"Néanmoins, le fait que la plupart des individus retrouvés aient été guéris et que ces maladies aient survécu pendant assez longtemps laisse penser qu'ils étaient pris en charge. Aussi, cela suggère que même dans les premiers sites, les habitants faisaient attention aux personnes n'ayant pas les moyens de se guérir seul. L'équipe de scientifiques a utilisé la tomodensitométrie pour analyser les momies qui sont pour la plupart assez spéciales. En effet, certaines sont composées de beaucoup de fibres végétales, mais une momie en est presque exclusivement constituée ! (ce qui est très inhabituel !).

Peintures murales retrouvées sur le site - Crédit photo : dicyt

Peintures murales retrouvées sur le site - Crédit photo : dicyt

Après cette découverte du moins originale, le docteur a ajouté : "C'est différent de ce à quoi nous nous sommes habitués. Cela peut représenter une tradition encore plus ancienne".

Le codirecteur du projet, Milton Lujan Davila s'est également exprimé à propos de la découverte : "Toutes ces momies ont été perturbées par la construction d'un grand bâtiment construit directement sur le cimetière. Ce monument date de l'arrivée des Incas vers la fin du XVe siècle".

Cela explique que des vestiges des deux civilisations aient été retrouvés sur le chantier de fouilles.

Fouilles sur le site - Crédit photo : HeritageDaily

Fouilles sur le site - Crédit photo : HeritageDaily

Source : HeritageDaily

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News, #Incas

Repost0