Egypte : Découverte de la plus grande cachette d'embaumement jamais découverte à Abousir !

Publié le 23 Février 2022

Lors de fouilles de routine sur le site d'Abousir, à 30 km au nord du plateau de Gizeh, les fouilleurs de l'Institut tchèque d'égyptologie de l'Université Charles de Prague ont découvert le plus grand cachet de matériel d'embaumement de l'Égypte ancienne jamais trouvé en Égypte.

Crédit photo : Charles University in Prague

Crédit photo : Charles University in Prague

L'institut explore un cimetière de la XXVIe dynastie à Abousir depuis plus de trois décennies. Lors de fouilles récentes, il a été découvert que la cachette se trouvait dans un groupe de grandes tombes à puits situées à l'angle ouest de la nécropole.

"Avec 370 grandes jarres de stockage en poterie et un certain nombre d'objets plus petits, il s'agit probablement de la plus grande découverte non perturbée de ce type provenant de l'Égypte ancienne", a déclaré Mohamed Megahed, chef adjoint de la mission.

Il a précisé que les récipients contenaient des restes ou des résidus de divers matériaux ou ustensiles qui avaient été utilisés à l'origine lors du processus de momification dans l'Égypte ancienne. Ils ont été trouvés dans un puits de plus de 14 m de profondeur, adjacent à une grande structure funéraire non encore fouillée.

Crédit photo : Charles University in Prague

Crédit photo : Charles University in Prague

Les récipients ont été disposés en 14 groupes situés à des profondeurs allant de 4 à 12 m sous terre et adjacents aux côtés du puits, selon un modèle en spirale. Le nombre de récipients stockés dans chaque groupe variait de 7 à 52 spécimens.

Dans le groupe de récipients le plus élevé, on a trouvé quatre vases canopes inscrits en calcaire, tous vides et inutilisés. Selon les textes qui y sont inscrits, les jarres appartenaient à un certain Wahibre-Mery-Neith, fils de la Dame Irturu.

"La saison 2021 s'inscrivait dans le cadre d'un projet à long terme visant à fouiller et à interpréter des monuments datant d'une période où la société égyptienne antique cherchait de nouveaux moyens de maintenir son identité unique, alors défiée par les armées grecques, perses et nubiennes", a déclaré le directeur de la mission, Miroslav Bárta.

Crédit photo : Charles University in Prague

Crédit photo : Charles University in Prague

"Les tombes à puits d'Abousir, construites de manière similaire à la célèbre sépulture du pharaon Djoser, le fondateur de l'Ancien Empire, ont joué un rôle majeur dans le mode d'expression culturelle unique utilisé par les élites égyptiennes de l'époque", a-t-il ajouté.

"Bien que plusieurs dignitaires de ce nom [Wahibre-Mery-Neith] soient connus à cette époque, aucun d'entre eux ne peut être identifié comme le propriétaire des vases canopes, car des mères différentes sont attestées pour chacun d'entre eux. À en juger par la taille du dépôt d'embaumement et par les dimensions et la disposition de la tombe voisine, le propriétaire de la tombe et du dépôt devait appartenir aux plus hauts dignitaires de son époque, avec ses plus proches voisins dans le cimetière - l'amiral Udjahorresnet et le général Menekhibnekau", a déclaré Ladislav Bareš, un grand spécialiste de la période.

Les fouilles se poursuivront par l'exploration de la structure funéraire au fond d'un immense puits central. L'analyse des récipients et de leur contenu à l'aide de méthodes scientifiques modernes est en cours.

Crédit photo : Charles University in Prague

Crédit photo : Charles University in Prague

Abousir signifie "Maison d'Osiris", Osiris étant l'ancien dieu égyptien des morts et de la résurrection. Il est devenu un lieu de sépulture royal sous le règne du roi Ouserkaf, fondateur de la cinquième dynastie, qui y a construit un remarquable temple solaire.

Certains de ses successeurs ont également construit leurs propres temples funéraires et solaires à Abousir. Le dernier de ces temples a été construit par le roi Menkauhor à la fin de la cinquième dynastie.

Source :

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News, #Antiquité, #Afrique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article