Publié le 30 Décembre 2018

Une pièce qui pourrait être une partie manquante du mécanisme d'Anticythère, vieux de 2200 ans, a été trouvé sur le fond de la mer Egée. Considéré comme le plus ancien calculateur analogique au monde, cet "ordinateur" fut inventé pour aider les anciens grecs à calculer différentes positions astronomiques, et a réussi à survivre en mer malgré le grand nombre de pilleurs.

La machine d'Anticythère

La machine d'Anticythère

La machine d'Anticythère a tout d'abord disparue il y a 2200 ans, après avoir coulé avec le bateau qui le transportait, près de l'île d'Anticythère. L'histoire l'oublie jusqu'à l'année 1901, lorsque des plongeurs chercheurs d'éponge trouvèrent une étrange masse verte sur le fond marin. Curieux au sujet de leur découverte, ils la rapportèrent à la surface. L'archéologue Valerios Stais, du Musée National d'Archéologie à Athènes, l'examina.

Au cours des décennies qui ont suivi la découverte de cet ancien ordinateur, le site où la machine d'Anticythère a été découvert a été exploré de manière approfondie, et a fait l'objet d'un pillage intensif.
Mais le pire était à venir en 1976, lorsque Jean-Jacques Cousteau abima accidentellement la coque du navire, l’effondrant presque totalement.

Les scientifiques savent maintenant que le mécanisme d'Anticythère est capable d'effectuer des fonctions mathématiques basiques, ainsi que de suivre avec précision les mouvements de nombreux corps célestes comme le soleil, la lune, les planètes et les constellations.

 La pièce manquante du mécanisme d'Anticythère, trouvée sur le fond de la mer Egée. Photo: Brett Seymour / EUA / ARGO

La pièce manquante du mécanisme d'Anticythère, trouvée sur le fond de la mer Egée. Photo: Brett Seymour / EUA / ARGO

Pour continuer à lire / To continue reading : "Les Découvertes Archéologiques"

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News

Repost0

Publié le 16 Décembre 2018

Il y a environ 30 000 à 40 000 ans, des humains se sont installés sur le plateau Qinghai-Tibet, au Tibet, rapportent les scientifiques de l'Académie chinoise des sciences (CAS ==> Chinese Academy of Sciences). Cette révélation bouleverse les informations des chercheurs, qui pensaient jusque-là que ces humains s'étaient installés sur le plateau au moins 20 000 plus tard.

Source image : heritagedaily.com

Source image : heritagedaily.com

L'équipe de recherche a été dirigée par le professeur de l'Institut de Paléontologie et de Paléoanthropologie des Vertébrés (IVPP ==>Institute of Vertebrate Paleontology and Paleoanthropology)* Xing Gao, ainsi que le Docteur Xiaoling Zhang. Ces deux professionnels, avec leur équipe, ont réalisé cette découverte en se basant sur les résultats de recherches de Nwaya Devu, le site archéologique le plus ancien et le plus riche en vestiges du Paléolithique. Ce dernier date du début de l'Âge de Pierre et est connu aux quatre coins du monde.

*Note : L'IVPP fait parti du CAS.

Cette révélation est une avancée majeure qui met fin à plus de 60 ans d'efforts intensifs pour tenter de trouver la preuve de la première habitation humaine sur ce plateau. Elle a permis de mieux comprendre l'évolution et l'occupation humaine sur le plateau Qinghai-Tibet, ainsi que les migrations et les échanges  préhistoriques humains à une très grande échelle.

Sur le plateau, les conditions environnementales et climatiques sont très difficiles. Cela est notamment dû à la haute altitude (qui introduit de hauts risques d'hypoxie atmosphérique), aux températures très froides tout au long de l'année et à la faible pluviosité.

Les chercheurs ont trouvé les preuves que ce territoire est était l'un des derniers à être colonisé par l'Homo Sapiens.

Il faut savoir qu'actuellement, le plateau Qinghai-Tibet est le troisième territoire le moins peuplé du monde.

Source image : phys.org

Source image : phys.org

Avant cette extraordinaire découverte, il n'existait aucune preuve concrète qui démontrait que le plateau avait été occupé dès l'Holocène (il y a 4 200 à 11 700 ans). La seule nuance était que quelques sites archéologiques découverts à proximité du plateau datent du Pléistocène, c'est-à-dire il y a 11 700 ans à 2,58 Ma.

Le site paléolithique de Nwya Devu confirme que des humains se sont installés sur le plateau (à environ 4 600 mètres d'altitude) il y a 30 000 à 40 000 ans. Il s'agit du premier site archéologique découvert au Tibet qui a aussi bien conservé sa stratigraphie, ce qui permet une datation très précise du site, surtout pour l'époque de l'Antiquité.

Nwaya Devu se situe dans la région de Changthang (nord du Tibet), à environ 300 km au nord-ouest de Lhasa, qui est la capitale de la région (autonome).

Le site comprend une surface importante, où beaucoup d'artefacts en pierre sont entreposés. Il s'agit du site archéologique les plus élevé au monde, dépassant même celui de l'Altiplano andin (Cordillère des Andes : Amérique du Sud) et ses 4 480 mètres d'altitude.

 

Source :

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News

Repost0

Publié le 1 Décembre 2018

Cet article vous est présenté par "Les Découvertes Archéologiques".

 

Niché à côté d'une des gares les plus fréquentées de Londres, une petite armée d'archéologues creuse dans l'argile pour nettoyer un site d'enfouissement de 40 000 corps, afin de faire place à une nouvelle ligne de train.

1 200 squelettes ont été mis au jour dans les jardins de St James, qui fut un cimetière de 1788 à environ 1853.

1 200 squelettes ont été mis au jour dans les jardins de St James, qui fut un cimetière de 1788 à environ 1853.

Ils ont déjà mis au jour les premiers 1200 squelettes de St James Gardens, un parc près du terminal Euston, qui était un cimetière entre 1788 et vers 1853. Il s'agit là de l'une des plus grandes fouilles jamais entreprises au Royaume-Unis, et l'un des plus de 60 sites archéologiques qui ont émergé lors de la construction d'une nouvelle ligne ferroviaire à grande vitesse entre Londres et Birmingham.

Depuis que les spécialistes ont commencé à travailler à Euston il y a quelques semaines, le site s'est transformé en tranchées boueuses et escarpées, et des trous d’une profondeur allant jusqu'à huit mètres.

Des dizaines d'archéologues vêtus de costumes orange très visibles et de casques couvrent une partie de la parcelle sous un toit de 11 000 mètres carrés les protégeant de la pluie et des regards indiscrets.


 

Leurs travaux ont révélé des tombes remarquablement bien préservées, protégées des dommages de l'eau par l'argile caractéristique d'une grande partie du sol à Londres.


Dans l'une d'entre elles, la pierre de couverture a été retirée pour révéler un cercueil en bois intact dans lequel reposait un squelette avec une colonne vertébrale tordue et une dentition complète. De telles découvertes sur une grande échelle aideront les chercheurs à comprendre comme les gens vivaient et mourraient au cours d'une étape cruciale de l'industrialisation de la Grande-Bretagne.

"C'est probablement le plus grand ensemble de squelettes du 18ème, 19ème siècle jamais mis au jour dans des conditions archéologiques dans ce pays", rapporte l'ostéologue Mike Henderson, "Lorsque vous avez un ensemble de données aussi volumineux, nous pouvons vraiment commencer à poser des questions importantes.... comme la prévalence de la maladie, les taux de mortalité".

Depuis le début des fouilles, le site a été transformé en tranchées boueuses et en trous d'une profondeur allant jusqu'à huit mètres.

Depuis le début des fouilles, le site a été transformé en tranchées boueuses et en trous d'une profondeur allant jusqu'à huit mètres.

Jusqu'ici, l'équipe a trouvé des traces de tuberculose, de blessures traumatiques comprenant des jambes cassées, des preuves de soins dentaires (avec des fausses dents) et de chirurgie dont des crânes sciés.

Le projet ferroviaire HS2 financé par l’État est très controversé en Grande-Bretagne, en raison de son coût et de la façon dont il sillonnera la campagne et forcera des centaines de maisons à être détruites.
La phase initiale de Londres à Birmingham, dans le centre de l'Angleterre, coûterait 24 milliards de livres sterling et devrait être achevée d'ici 2026, après quoi il sera étendu plus au nord.
Des manifestations ont eu lieu tout le long du tracé, notamment à St James Gardens, où un prêtre local s'est enchaîné à un arbre en signe de protestation.

Cependant, pour les archéologues, le projet est une aubaine, apportant financements et opportunités pour de nouvelles fouilles qui ont révélé des vestiges préhistoriques, médiévaux, romains et industriels à travers l'Angleterre. "Nous ne ferions pas ces découvertes s'il n'y avait pas eu de travaux" rapporte Helen Wass, directrice du Patrimoine sur HS2.

 

Pour continuer à lire / To continue reading : "Les Découvertes Archéologiques"

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News

Repost0