age du fer

Publié le 29 Octobre 2021

Des archéologues norvégiens ont trouvé un ski vieux de 1 300 ans piégé dans la glace. Il s'agit du ski correspondant à celui trouvé en 2014 et complète le plus ancien ensemble connu de l'histoire.

Première fois que le ski est retourné - Crédit photo : Andreas Christoffer Nilsson / secretsoftheice.com

Première fois que le ski est retourné - Crédit photo : Andreas Christoffer Nilsson / secretsoftheice.com

En 2014, le programme de recherche Secrets of the Ice a découvert un ski bien préservé dans la glace fondante de Norvège. Il datait d'avant l'ère viking et comprenait même la fixation du pied.

Il s'agissait d'une découverte rare, l'un des deux seuls skis dont la fixation avait été préservée avant l'ère viking.

Depuis lors, les chercheurs ont surveillé la plaque de glace dans l'espoir de trouver le second ski. Aujourd'hui, le ski correspondant a été trouvé, et il est en encore meilleur état que le premier. Lars Pilø l'a décrit comme "une découverte incroyable".

Secrets of the Ice est un programme de recherche géré par le comté norvégien d'Innlandet. L'équipe enquête sur plusieurs sites archéologiques qui risquent d'être endommagés par la fonte des glaciers norvégiens.

Un ski de l'âge du fer déterré de la plaque de glace de Digervarden - Crédit photo : Espen Finstad / secretsoftheice.com

Un ski de l'âge du fer déterré de la plaque de glace de Digervarden - Crédit photo : Espen Finstad / secretsoftheice.com

Caractéristiques du deuxième ski Digervarden :

Le ski nouvellement découvert mesure 187 cm de long et jusqu'à 17 cm de large. Comme il a été trouvé 4 à 5 cm plus loin dans la glace, il est mieux conservé que le ski précédent. C'est probablement la raison pour laquelle le "nouveau" ski est en fait 17 cm plus long que l'original.

Cela pourrait signifier qu'il manque une pièce dans la glace ou qu'il s'agit simplement d'une inadéquation. Les skis n'étaient pas produits en masse il y a 1 300 ans !

Le nouveau ski n'est cependant pas qu'une simple planche de bois conservée ! Trois fixations en bouleau torsadé, une courroie en cuir et une cheville en bois font partie du nouveau ski. Le ski original n'avait qu'une seule fixation en bouleau et une lanière en cuir.

Lars Pilø en dit plus : "Le pied du nouveau ski présente des réparations, donc il a été bien utilisé. Une partie de l'extrémité arrière du ski est manquante. La pièce manquante est vraisemblablement encore à l'intérieur de la glace. Il sera peut-être possible de dire ultérieurement si elle s'est cassée lors de sa perte ou pendant qu'elle se trouvait dans la glace, en se basant sur une étude minutieuse du bord de la cassure."

Le premier ski découvert en 2014 - Crédit photo : Aud Hole / secretsoftheice.com

Le premier ski découvert en 2014 - Crédit photo : Aud Hole / secretsoftheice.com

La découverte du deuxième ski :

Il y a quelques semaines, l'archéologue Runar Hole et son collègue Bjørn Hessen ont trouvé le deuxième ski à seulement cinq mètres de l'endroit où le premier avait été trouvé en 2014.

Le ski étant fermement pris dans la glace, l'équipe a dû le laisser derrière elle. Une tempête de montagne, puis de nouvelles chutes de neige ont entravé les efforts de retour, mais l'équipe a finalement pu revenir et récupérer le ski avant l'arrivée de l'hiver.

Le 26 septembre, une équipe d'expédition équipée de piolets, de réchauds à gaz et de matériel d'emballage s'est mise en route vers le Mont Digervarden. Leur objectif ? Libérer le ski de la glace et le ramener en toute sécurité.

Partie réparée du ski datant de 1 300 ans - Crédit photo : Espen Finstad / secretsoftheice.com

Partie réparée du ski datant de 1 300 ans - Crédit photo : Espen Finstad / secretsoftheice.com

Enterré dans la glace :

Après une randonnée de trois heures, l'équipe est arrivée sur place pour trouver environ 30 cm de neige fraîche. Mais grâce aux photos prises lors de la visite précédente et à la navigation GPS, il a été possible de localiser le ski.
Un piolet a été utilisé pour ébrécher la glace entourant le ski, mais cela n'a pas permis de le libérer complètement en raison du risque d'endommager le ski.

De l'eau chauffée sur les cuisinières à gaz a été versée sur la glace restante pour la faire dégeler. Finalement, le ski a été libéré. C'est seulement lorsque l'équipe a soulevé le ski et l'a retourné qu'elle a vu la même fixation que celle du ski découvert en 2014.

Pourquoi les skis sont-ils ici ?

Cette découverte pose une question intéressante : pourquoi les skis se trouvent-ils dans une partie reculée du Mont Digervarden ? Essayer de comprendre ce qui s'est passé il y a 1 300 ans a été un sujet de spéculation au sein de l'équipe.

La plaque de glace de Digervarden était probablement un lieu de chasse, étant donné que d'autres artefacts découverts comprennent des preuves de la chasse au renne. Mais il se peut aussi qu'il y ait eu un ancien sentier à travers la montagne.

Parmi les possibilités envisagées par l'équipe figure une avalanche qui a emporté les skis là où un chasseur les avait laissés. Peut-être qu'un skieur a été blessé, ou peut-être qu'ils se sont simplement cassés et ont été abandonnés. Cependant, étant donné que les skis montrent des signes de réparations antérieures, il semble probable qu'ils aient été emmenés pour être réparés.

L'équipe va continuer de surveiller la plaque de glace de Digervarden car il y a peut-être d'autres vestiges à découvrir...

 

 

Détail sur la lanière de cuir utilisée pour la reliure - Crédit photo : Runar Hole / secretsoftheice.com

Détail sur la lanière de cuir utilisée pour la reliure - Crédit photo : Runar Hole / secretsoftheice.com

Pour mieux comprendre la découverte, la voici en vidéo ! Bon visionnage !

Source : "1,300-year-old wooden ski found in Norwegian ice", Archaeology News Network, [En ligne], publié le 7 octobre 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : cliquez-ici !

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News, #Europe de l'Ouest, #Âge du Fer

Repost0

Publié le 8 Septembre 2021

Selon les archéologues, des tombes de guerriers de ce type, datant des années 300-500, peuvent être découvertes une fois tous les 30 ans. Cette tombe se distingue toutefois par ses liens possibles avec l'Europe continentale et l'Empire romain.

Crédit photo : Gustav Randér

Crédit photo : Gustav Randér

Un squelette, une épée et des éperons ayant appartenu à un guerrier de l'âge du fer ont été découverts lors de fouilles archéologiques sur l'île suédoise de Gotland, dans la mer Baltique.

Les chercheurs pensent que l'homme pourrait avoir servi dans l'armée romaine. La découverte a été faite par des étudiants de l'université d'Uppsala lors de fouilles à Buttle Änge, au milieu d'une sépulture calcaire.

"J'étais présent lorsque le fémur et un morceau de l'os de la hanche ont été excavés. Il faut être très prudent lorsqu'on creuse ce type de matériau, nous avons donc dû retirer soigneusement la terre avec des brosses. Nous avons fini par trouver des éperons au niveau des pieds. Et lorsque nous avons brossé le ventre de cet individu, il est apparu comme un morceau de bronze que nous avons soigneusement continué à brosser vers l'avant", a déclaré l'étudiant Gustav Randér au journal Dagens Nyheter, qualifiant la situation d'"absolument fantastique".

Crédit photo : Gustav Randér

Crédit photo : Gustav Randér

L'objet semblait être une épée de 80 centimètres avec des garnitures en bronze. En outre, une partie du fourreau était également conservée sur le haut et le bas de l'épée en bronze. Au bas de l'épée, une décoration en forme de gland a été trouvée.

Alexander Andreeff Högfeldt, docteur en archéologie à l'université d'Uppsala, a déclaré que l'épée semble avoir été inspirée de celles utilisées sur le continent, ce qui révèle des détails intéressants sur la vie du porteur de l'épée.

"Nous savons, grâce à des sources écrites du monde méditerranéen, que des Germains, c'est-à-dire des Scandinaves, ont servi dans l'armée romaine. Il est donc très possible que cette personne ait appris la technologie des armes auprès des Romains", a estimé Alexander Andreeff Högfeldt.

Crédit photo : Gustav Randér

Crédit photo : Gustav Randér

Andreeff Högfeldt a qualifié la découverte de "plutôt inhabituelle" et a déclaré que des squelettes de guerriers de ce type peuvent être trouvés une fois tous les 30 ans.

Les détails concernant le propriétaire de l'épée restent toutefois rares. Il s'agit d'un homme à la mâchoire forte et à l'ossature solide, qui a vécu dans les années 300-500. D'autres enquêtes et recherches seront menées à l'avenir.

Source :

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News, #Âge du Fer, #Europe de l'Ouest

Repost0