Publié le 29 Février 2020

La cité de Pétra, située dans l'actuelle Jordanie, est connue pour avoir été la capitale du royaume nabatéen au cours de l'Antiquité. Mais ce fut également le plus grand carrefour entre l'Occident et l'Orient à son apogée.

Carte géographique de Pétra - Crédit photo : veroeddy.be

Carte géographique de Pétra - Crédit photo : veroeddy.be

  • La naissance d'un peuple

 

Le Grand Théâtre : Crédit photo : Jean-francois Arnault

Le royaume nabatéen ne fut pas puissant dès sa création. Il s'agit au tout début de simples populations arabes d'origine nomade installées dans le désert : ce furent les premiers nabatéens. Ils prirent peu à peu le contrôle des échanges de marchandises entre l'Orient et l'Occident. En effet, à cette période, de nombreuses caravanes traversaient le désert pour commercer. Le peuple nabatéen se développa rapidement et devint si important que les représentants décidèrent de bâtir une capitale. Le bon emplacement fut difficile à trouver mais la découverte de montagnes permis aux nabatéens de s'installer durablement dans cette région en logeant leur capitale qu'ils appelèrent.........Rqm ("jeu de couleurs"). L'endroit était parfait : il permettait de sauvegarder le contrôle du désert tout en étant à l'abri d'un quelconque ennemi.

Rqm fut repris par les grecs puis par les romains qui traduisirent le nom de la capitale par Pétra, qui signifie "rocher".

  • Une cité unique...

 

Pétra - Crédit photo : Jean-francois Arnault

Tout d'abord, Pétra est unique de par son architecture. Ses bâtisseurs ne l'ont pas édifiée "traditionnellement" avec les matériaux utilisés à l'époque mais en creusant directement dans le grès de la montagne. C'est cette technique de construction qui rend "naturels" les édifices de l'antique cité.

Formant un carrefour commercial au beau milieu du désert, Pétra était très visitée, dès l'Antiquité. De nombreux commerçants, hommes d'affaires, politiciens ainsi que de simples voyageurs étaient attirés par les merveilles de cette ville.

Le royaume nabatéen fut à son apogée au cours des premiers siècles avant et après J-C. A cette période, le royaume s'étendait de l'actuelle Jordanie au nord de l'Arabie Saoudite en passant par l’Égypte, l'Israël et le Sud de la Syrie. Au Moyen-Orient, le royaume nabatéen s'imposa comme une des plus importantes forces régionales. Les empires voisins n'étaient pas très redoutables à cette période, ayant perdu leur dirigeant peu de temps avant (royaume hasmonéen de Judée et le royaume séleucide). Les nabatéens occupèrent par ailleurs la célèbre cité de Damas de 84 à 72 avant notre ère.

Même en plein désert, les cultures étaient étonnamment abondantes, donnant lieu chaque année à une importante production de céréales, fruits et légumes. Ceci était rendu possible grâce à un ingénieux système d'irrigation qui captait les faibles réserves en eaux du désert.

  • Les monuments emblématiques

 

Parmi les plus célèbres édifices de la cité sont présents :

Temple de la Khazneh Petra Jordanie
Temple de la Khazneh : Crédit : shouldbedigging.com

Le temple de la Khazneh est l'un des plus beaux monuments du site. Il est par ailleurs devenu le symbole de l'architecture nabatéenne. En effet, creusé à même la roche, Al Khazneh Farum ("le trésor des pharaons") met en relief le paysage et éblouit les visiteurs qui entrent dans la cité. Sur sa façade de 25 mètres de large pour 39 mètres de hauteur, on aperçoit immédiatement deux niveaux :

  • Le niveau inférieur avec ses 6 colonnes au-dessus duquel se trouve un fronton ainsi qu'une large frise.
  • Le second niveau présente une construction circulaire ("tholos") autour de laquelle se situent 2 pavillons.
  • Tout l'édifice, construit au premier siècle avant J-C, est surélevé par un podium, ce qui le rend d'autant plus imposant.

 

Focus sur les colonnes :

Les colonnes du temple témoignent grandement de la complexité architecturale du site. On y découvre sur les chapiteaux des animaux, des fruits ainsi que des motifs floraux.

Temple de la Khazneh - Crédit : Pinterest.fr

Temple de la Khazneh - Crédit : Pinterest.fr

undefined
Le Tombeau aux Obélisques - Crédit : wikimedia.org

Le Tombeau aux Obélisques est un gigantesque complexe funéraire auquel est rattaché le triclinium de Babes-Sîq. Avec son imposante façade (15,9 x 12,3 m), l'édifice est le premier grand tombeau que l'on peut visiter lorsque l'on entre dans l'antique cité. On y remarque 2 étages :

  • Le niveau inférieur, auquel on peut accéder par une unique plateforme d'entrée. La seule pièce est une grande cavité qui sert de tombeau (5,9 mètres de côté pour 3,9 mètres de haut). On y découvre 4 tombes dont une qui a été creusée directement dans le sol. Il s'agit d'une "tombe fosse".
  • Le niveau supérieur est unique à Pétra. De l'extérieur, on peut admirer 4 grandes sculptures d'obélisques, qui rappellent grandement l'art égyptien. Sur le fond, on aperçoit la statue d'un homme dans une niche rectangulaire. Le tout est décoré par de nombreux triglyphes et métopes.

 

Focus sur le triclinium :

Le triclinium est une longue pièce taillée dans la roche. Il est courant d'en apercevoir dans les tombeaux nabatéens. C'est ici qu'on organisait les banquets funéraires après la mort du défunt.

Reconstitution du Tombeau aux Obélisques - Crédit : veroeddy.be

Reconstitution du Tombeau aux Obélisques - Crédit : veroeddy.be

Pétra Grand théâtre romain
Vue générale du grand théâtre - Crédit photo : Luciano Laponitano

Situé sur la colline Zibb Attuf, le grand théâtre de Pétra est un monument incontournable de la cité. Il est distant d'environ 600 mètres du centre-ville et date de la première moitié du Ier siècle de notre ère. Plus précisément, il a été construit sous le règne d'Arétas IV (-9 à 40 après J-C).

Le "Grand" Théâtre porte bien son nom car il pouvait accueillir entre 7 000 et 10 000 spectateurs. Ces derniers se répartissaient sur les 45 rangs de la cavea, formant un demi-cercle. Comme les autres édifices de la ville, ce théâtre a été entièrement sculpté dans le grès de la montagne. Il représente très bien la hiérarchie sociale dans le royaume nabatéen. En effet, les sièges les plus hauts ont été taillés sans grande attention (pour les habitants les plus pauvres), contrairement aux sièges d'honneur creusés au-dessus des galeries d'entrée et de sortie du théâtre (décernés aux plus riches).

 

Focus sur l'organisation du théâtre :

Les gradins accueillaient les spectateurs alors que les chœurs et les autorités se rendaient juste devant la scène sur l'orchestre. Les acteurs jouaient sur la scène, dont la partie la plus avancée s'appelle le pulpitum. Les spectateurs les plus aisés se rendaient dans les tribunes, juste au-dessus des aditus.

Détail du grand théâtre - Crédit photo : Luciano Laponitano

Détail du grand théâtre - Crédit photo : Luciano Laponitano

Le Tombeau-Palais

Tombeau-Palais - Crédit photo : Patricia Grillo (Facebook)

Le Tombeau-Palais est l'un des plus grands monuments de Pétra. Il existe plusieurs tombeaux dans la cité mais celui-ci est de loin le plus imposant d'entre eux. En effet, sa façade principale mesure 49 mètres de largeur et 46 mètres de hauteur. On qualifie ce tombeau de "palais" non seulement pour faire référence à ses très grandes dimensions mais également pour rappeler les similitudes qu'il entretient avec les grands palais grecs.

Le palais-tombeau est divisé en 5 étages superposés séparés par des corniches. Le premier étage, également appelé partie basse, comporte quatre portes, dont celle du milieu qui est plus large que les autres. Au total, ce sont près de 12 colonnes qui soutiennent l'édifice. Au-dessus de chacune des portes, on distingue un chapiteau de style nabatéen sur lequel sont disposés des frises et des frontons. La particularité architecturale de ce monument est que tous les étages ont été construits sur le même modèle. Cependant, à cause de l'érosion, il devient très difficile voire impossible de distinguer le dernier étage.

En plus de sa grande hauteur, les sculpteurs ont voulu le rendre encore plus impressionnant en disposant d'autres blocs de grès sur le dessus de la façade. Il s'agit donc du plus haut monument de Pétra.

 

Focus sur les détails architecturaux du palais-tombeau :

  • Tous les étages de l'édifice sont quasi-identiques. La seule différence est que le rez-de-chaussée possède 12 colonnes alors que les autres en possèdent tous 18.
  • Les niches situées entre les étages sont étranges car elles ne sont pas assez profondes pour accueillir un statue ou un autre objet décoratif. Leur fonction est donc encore inconnue à l'heure actuelle.
  • Les 4 étages supérieurs possèdent 9 paires de demi-colonnes. Sur le haut de celles-ci, un chapiteau du style architectural nabatéen est sculpté directement dans la roche.
  • La particularité du 5° étage est qu'il a été construit plus tard, par des rajouts de blocs de grès très volumineux. Il est donc aujourd'hui à peine visible à cause de l'érosion.

Ce tombeau à toutes les caractéristiques d'un grand bâtiment résidentiel, d'où son nom de tombeau "palais".

Tombeau-Palais - Crédit photo : Tourdumonde/Olivanna (Facebook)

Tombeau-Palais - Crédit photo : Tourdumonde/Olivanna (Facebook)

L'allée aux colonnes - Crédit photo : teacherbackpacker.files.wordpress.com

L'allée aux colonnes, longue de 250 mètres, se situe au seul endroit où le sol est plat. Elle se trouve entre deux montagnes et permet de joindre les grands bâtiments (temples et bâtiments commerciaux) aux nécropoles et zones d'habitation.

Cette rue est un endroit important pour les habitants de la cité. Aujourd'hui, l'allée est pavée. Seulement, ce pavage date de 106 après J-C, ce qui correspond au moment où la ville était annexée à l'Empire romain. On ne sait donc toujours pas si l'allée était pavée avant cette date.

En tout cas, l'allée aux colonnes était réservée aux piétons car aucune trace de véhicule n'est visible sur les pavés. Cette allée suit le courant du wadi Mousa, rivière qui se situe juste à côté. Aujourd'hui, cette rivière est asséchée.

 

Focus sur les détails architecturaux de l'allée aux colonnes :

  • L'allée est large de 6 mètres et comporte, de chaque côté, des colonnes permettant aux passants de ne pas trop être exposés au puissants rayons du soleil.
  • Des portiques sont disposés tout le long de l'allée afin de permettre aux passants de se rendre dans les temples et les bâtiments commerciaux.
  • A l'extrémité sud de l'allée se trouve l'imposante porte de Temenos, qui permet de délimiter l'aire publique de l'ère sacrée.
L'allée aux colonnes - Crédit photo : routard.com

L'allée aux colonnes - Crédit photo : routard.com

Petra grand temple
Le Grand Temple - Crédit photo : timetravelturtle.com

Le Grand Temple est le plus grand monument que l'on puisse trouver à Pétra. En effet, il a une superficie de près de 7 560 m². Il se situe sur le flanc de la colline al-Katute.

Après des fouilles réalisées  au cours du XXème siècle, des cartes du site archéologique de Pétra ont été réalisées et montraient déjà la présence de ce grand temple alors qu'il n'avait pas encore été mis au jour. En effet, les chercheurs avaient retrouvé de nombreux artefacts, dont des chapiteaux, des fragments de colonnes ainsi que des blocs de pierre.

Ce n'est qu'en 1993 que l'édifice commença à être fouillé, pour sortir complètement de terre en 2007. Comme le grand théâtre, le grand temple a été édifié sous le règne d'Arétas IV (1er siècle de notre ère), au moment où le souverain a voulu agrandir la cité.

 

Focus sur la structure du Grand Temple :

  • A l'époque, l'édifice était abrité par un toit partiel soutenu par plus de 120 colonnes. Aujourd'hui, le toit n'est plus visible comme la plupart des colonnes.
  • Ce temple est constitué de deux niveaux :
    • Le niveau inférieur qui comporte une terrasse et une entrée.
    • Le niveau supérieur, le temenos, comporte un patio au milieu duquel se trouve un temple. On peut y accéder par plusieurs entrée situés sur les côtés.

Son mauvais état de conservation est notamment dû au tremblement de terre qu'il a subit en l'an 363.

Le Grand Temple - Crédit photo : voyagevirtuel.info

Le Grand Temple - Crédit photo : voyagevirtuel.info

Je vous présente maintenant des photos d'autres monuments tout aussi splendides de Pétra :

Temple Qasr el-Bint - Crédit photo (1) : Frederik Questier / Yanna Van Wesemael - Photo (2) : Thomas Bauzou (Facebook)Temple Qasr el-Bint - Crédit photo (1) : Frederik Questier / Yanna Van Wesemael - Photo (2) : Thomas Bauzou (Facebook)

Temple Qasr el-Bint - Crédit photo (1) : Frederik Questier / Yanna Van Wesemael - Photo (2) : Thomas Bauzou (Facebook)

Deir : Le Monastère - Crédit photos : Pierik Falco et Jean-Michel Demaison (Facebook)Deir : Le Monastère - Crédit photos : Pierik Falco et Jean-Michel Demaison (Facebook)

Deir : Le Monastère - Crédit photos : Pierik Falco et Jean-Michel Demaison (Facebook)

Tombeau du soldat romain - Crédit photos : Fabrice Durand et Gilles Maussion (Facebook)Tombeau du soldat romain - Crédit photos : Fabrice Durand et Gilles Maussion (Facebook)

Tombeau du soldat romain - Crédit photos : Fabrice Durand et Gilles Maussion (Facebook)

*******************************************************************************

SOURCES :

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Repost0

Publié le 24 Février 2020

Une équipe d'archéologue menée par les professeurs Yosef Garfinkel, de l'HUJIA (Hebrew University of Jerusalem’s Institute of Archaeology) et Michael Hasel rattaché à la SAUT (Southern Adventist University in Tennessee), ont découvert un temple cananéen datant de 3 millénaires dans le parc national de Tel Lachish, en Israël.

Vue aérienne de l'ancien temple - Crédit photo : Emil Eljem

Vue aérienne de l'ancien temple - Crédit photo : Emil Eljem

 Dans une étude publiée le mois dernier, les auteurs ont révélé, pour la première fois, les ruines d'un temple cananéen datant probablement du XIIème siècle avant notre ère, qu'ils ont mises au jour dans le parc national de Tel Lachish. Cette colonie de l'Âge de Bronze se situe près de l'actuelle ville israélienne de Kiryat Gat.

Poteries, armes et bijoux découverts sur le site - Crédits photos : C. Amit/IAA et T. RogovskiPoteries, armes et bijoux découverts sur le site - Crédits photos : C. Amit/IAA et T. Rogovski

Poteries, armes et bijoux découverts sur le site - Crédits photos : C. Amit/IAA et T. Rogovski

Lachish a été l'une des plus importantes cités cananéennes d'Israël du milieu jusqu'à la fin de l'Âge de Bronze. Elle contrôlait la plupart des basses terres de Judée. La ville a été édifiée vers -1 800 puis détruite par les égyptiens vers -1 550. Cette cité n'a pratiquement jamais connu de répit car elle a été reconstruite puis à nouveau détruite 2 fois de plus, même si elle n'a jamais été restaurées après la destruction de 1 150 avant J-C. La ville est mentionnée à plusieurs reprises dans le Bible ainsi que dans plusieurs documents égyptiens. C'est l'une des rares villes cananéennes à avoir survécu jusqu'au XIIème siècle avant notre ère.

Garfinkel, un des auteurs de l'étude, s'est exprimé à propos de la découverte :

Cette fouille est à couper le souffle ! Nous avons l'occasion de fouiller un temple comme celui-ci en Israël une fois tous les 30 ou 40 ans ! L'édifice mis au jour permet d'avoir un nouvel éclairage sur la vie ancienne dans la région. Il serait difficile de surestimer l'importance de ces découvertes tant elles sont rares !

2 figurines trouvées dans le temple, représentant des divinités - Crédit photo : T. Rogovski

2 figurines trouvées dans le temple, représentant des divinités - Crédit photo : T. Rogovski

La structure de ce temple est similaire à celle des autres temples cananéens mis au jour dans le nord d'Israël, comme les temples de Sichem, de Megiddo ou encore d'Hazor. En effet, l'avant de l'édifice est marqué par deux colonnes ainsi que deux tours menant à une vaste salle. A l'intérieur, le sanctuaire comporte quatre colonnes de soutien et plusieurs "pierres dressées", non taillées, qui ont probablement servi de représentation des divinités vénérées par le temple. La particularité du temple de Lakish est qu'il est de forme carrée et qu'il comporte plusieurs salles latérales typiques des temples plus récents.

On retrouve par exemple cette particularité dans le temple de Salomon. On peut donc penser que ces salles originales ont été construites plus tard, lors de l'une des reconstructions du temple.

Chaudron en bronze découvert sur le site - Crédit photo : T. Rogovski

Chaudron en bronze découvert sur le site - Crédit photo : T. Rogovski

En plus de la mise au jour des fondations d'un temple, l'équipe de chercheurs a également découvert de nombreux artefacts dont des chaudrons (image ci-dessus), des bijoux, des poignards ainsi que des têtes de hache ornées d'images d'oiseaux et de scarabées. Une bouteille plaquée or portant le nom du célèbre pharaon égyptien Ramsès II a également été retrouvée. De plus, deux figurines très bien conservées ont été mises au jour par les archéologues. Ces dernières représentent des dieux armés, sans ailes, contrairement à ceux retrouvés dans le temple de Salomon.

La découverte la plus intéressante reste celle d'un tesson de poterie portant une inscription cananéenne (image ci-dessous). On y observe la lettre "samekh", représentée par une ligne verticale allongée, traversée par trois lignes horizontales plus courtes. Il s'agit du plus ancien exemple connu de cette lettre, qui permettra aux chercheurs d'en savoir davantage sur cet ancien alphabet.

Rare inscription cananéenne (plus vieille représentation du symbole "samekh", entouré en jaune) - Crédit photo : T. Rogovski

Rare inscription cananéenne (plus vieille représentation du symbole "samekh", entouré en jaune) - Crédit photo : T. Rogovski

Source :

Voir les commentaires

Rédigé par Enzo

Publié dans #Les News, #Moyen-Orient

Repost0